Et si l’été 2016 devenait éternel ?

La météo annonce encore un pic de chaleur pour le début de la semaine prochaine, digne d’un mois de juillet.

mardi-13-septembre

(source : Arpège / météociel)

Si on prend un peu de recul sur l’année, on s’aperçoit que l’été dure depuis maintenant depuis plusieurs mois et que rien ne semble annoncer son départ.

temps-2016

(source : météo-Paris)

On pourrait se faire un film et s’imaginer que l’hiver, ou même l’automne, ne reviendront plus jamais, comme dans la chanson catastrophiste des Cowboys Fringants.

Les fondamentaux du climat, avec notamment le retour de la nuit polaire, fera néanmoins que les températures de l’hémisphère Nord vont devoir se refroidir, même si elles sont encore aujourd’hui très élevées avec un impact conséquent sur la taille de la banquise arctique.

arctic

Néanmoins, ce bel été apparemment interminable préfigure peut-être le climat normal de prochaines décennies. Paris pourrait bénéficier du temps aujourd’hui caractéristique de Rome ou de Los Angeles… Faut-il avoir peur du changement climatique ?

Prix du pétrole en euros (août 2016)

Avec quelques jours de retard, voici notre sempiternel graphe sur les tendances de fond du prix du pétrole depuis la fin du siècle dernier.

Brent en euro - 2016.08

L’actualité brûlante nous fait oublier que nous sommes à nouveau dans une période extrêmement confortable sur le plan du prix de l’énergie – peut-être la dernière ?

Solaire impasse

Noël ! Tandis que tout autour de nous, le monde figé et ordonné par l’éclat insoutenable de Little Boy commence à trembler à nouveau par à-coups inattendus, tels les trémors annonciateurs du réveil d’un volcan qu’on disait éteint à tout jamais, quelques journalistes en mal de copie écarquillent les yeux de joie, le nez au zénith, à contempler l’avenir : Solar Impulse, l’avion solaire qui boucle enfin son tour du monde.

La plupart des dépêches célébrant ce moderne conquérant de l’inutile finissent dans de grandes envolées lyriques, rêvant des lendemains radieux où des avions solaires quadrilleront le ciel sans émettre un gramme de CO2.

Malheureusement, toute cette poésie ne pourra être autoréalisatrice, car en fait Solar Impulse est l’implacable démonstration que

  1. les clean tech n’existent que parce qu’elles fournissent du grain à moudre aux médias toujours à l’affût de messages à diffuser
  2. elles vont dans le sens opposé au progrès.

Car en effet, où est le progrès de réaliser le tour du monde en 500 jours ? Le héros de cette aventure, Bertrand Piccard, avait bouclé il y a 17 ans un premier tour du monde, mais en ballon captif, avançant au hasard des vents rencontrés sur le chemin. Durée du vol : 20 jours…

800px-breitling_orbiter_3_aloft

Bertrand Piccard a ainsi prouvé qu’aux commandes d’un avion motorisé, capable de choisir son cap et d’optimiser sa trajectoire, il lui fallait 25 fois plus de temps pour effectuer un parcours donné qu’en se laissant porter par les éléments.

La conclusion est donc sans appel : le futur de l’aéronautique sans pétrole, c’est le ballon. Solar Impulse a à peine atterri que l’Histoire se charge de l’emmener directement rejoindre Desertec et la fusion nucléaire contrôlée au Musée des Solutions d’Avenir Qui Y Resteront.

Et comme le disait un de nos fidèles lecteurs :

Solar Impulse, c’est comme l’Euro 2016 : ça fait du bien quand ça s’arrête.