Killing ZOE

C’est à se demander si, dans quelques années, on ne paiera pas les gens pour qu’ils prennent de l’essence à la station-service…

D’abord, à cause de la chute des cours du pétrole, qui semble franchir tous les seuils : $70, $60, $50… Goldman-Sachs commence même à parler de $20, mais on commence à les connaître. Si on prolonge bêtement la courbe, le baril devrait être gratuit fin mai 2015 et, poursuivre sa plongée en immersion dans les nombres négatifs.

Ensuite, parce que le pétrole, c’est le terrorisme djihadiste. Même si l’Arabie Saoudite semble s’être rachetée une conduite depuis les dénonciations de Robert Bear et surtout, les attentats du 11-Septembre, il reste vrai qu’une partie de la manne financière qui se déverse sur ce pays-réservoir finance toujours les agissements de communautés et d’éminences islamistes plus ou moins grises. Et si Daech existe, c’est parce qu’elle finance ses armes, son armée et ses filières de recrutement avec le pétrole qu’elle extrait des terrains conquis.

Donc, si tous ceux qui s’appellent Charlie agissaient de façon raisonnée, ils devraient cesser immédiatement d’acheter du pétrole afin de désamorcer la pompe à phynances de l’ennemi. En pratique, cela signifie bien cesser de rouler en voiture à moteur thermique (VT), sauf si bien entendu l’essence est gratuite.

Ne riez pas, c’était un des arguments massue de la défunte compagnie Better Place : dans son show-room de Tel Aviv, le client potentiel avait droit à une séance de conditionnement cinématographique où où lui tenait à peu près le même discours, plus quelques considérations écologiques et économiques.

Bon, revenons sur Terre : le baril finira bien par se stabiliser. La valeur plancher importe peu, et de toute façon ce ne sera qu’une zone de rebond avant le retour progressif à des valeurs qu’on sait désormais acceptables par le marché, soit 100-120 dollars.

Certains estiment qu’une telle baisse nuira au développement de la voiture électrique (VE) dans les prochaines années, car l’acheteur de VE trouvera l’équation économique moins intéressante.

Killing-ZOE.jpg C’est vrai pour à peu près la moitié du marché, à savoir les personnes morales : les flottes d’entreprise, les loueurs, les taxis. Ceux-ci examinent froidement l’acquisition d’un véhicule à l’aune de 3 paramètres : le prix à l’achat taxes et bonus/malus compris, le coût complet au kilomètre parcouru et la valeur de revente. Le premier va un peu baisser pour le VE, surtout aux USA, du fait de la dépréciation du yen – devise dans laquelle on achète les batteries – face à l’euro et surtout au dollar. Le troisième va rester stable, tandis que celui du milieu va baisser pour les VT, mais pas tant que cela en fait : du fait des efforts des motoristes, les VT consomment 2 fois moins qu’il y a quinze ans, ce qui fait que ce qui coûte cher aujourd’hui dans un véhicule, c’est l’assurance et l’entretien.

Pour l’autre moitié du marché, constitués de personnes physiques, ces derniers roulent en VE pour des questions statutaires, soit parce qu’ils aiment bien la touche écolo-technologique (et ils roulent en Renault ZOE), soit parce qu’ils aiment bien rouler en voiture de sport exclusive (et ils roulent en Tesla Model S).

Alors, tout va bien pour le VE ? En fait, non, car le Cygne Noir des attentats de janvier 2015 va frapper ailleurs : dans le budget des infrastructures de recharge, ces dizaines de milliers de bornes qui sont indispensables pour recharger frénétiquement les VE à chaque arrêt prolongé. Car il va bien falloir payer tous les efforts sécuritaires que l’Europe va devoir déployer face aux menaces de guerre civile, guerre que tente d’implanter Deach par une exacerbation sanglante des antagonismes communautaires.

Oubliez pour longtemps le réseau dense d’infrastructure de recharge qu’on nous promet régulièrement, comme vous pouvez également oublier pour toujours le réseau ferroviaire des Trente Glorieuses. La période de l’argent facile touchant à sa fin, on ne verra probablement pas de financiers venir sauver les promesses publiques par des montages savants : ils sont déjà trop occupés à essayer de trouver une façon de sortir de l’ornière une Défense Nationale aux caisses vides.

Le VE ne disparaîtra pas, il restera simplement cantonné sur son positionnement actuel : show off pour tycoons, rock stars et bobos voulant circuler en ville même les jours de forte pollution.

Publicités

Un commentaire

  1. Wendy · janvier 14, 2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s