Anthropollywood

L’Anthropocène, c’est le monde d’aujourd’hui : une planète dont nous parvenons, par nos simples activités quotidiennes, à modifier le climat et ses structures géographiques majeures : lacs, déserts, zones humides, etc.

Il y a cinquante ans, nous ne savions pas que nous avions pénétré dans l’Anthropocène et nous cherchions avant tout la fureur de vivre, et gendarmes et voleurs se pourchassaient au volant de véhicules vrombissants, sans la moindre ceinture de sécurité.

Aujourd’hui, les courses-poursuites existent toujours, mais elles s’effectuent dans le respect des limites de vitesse et des quotas d’émissions de CO2 :

Alors qu’il conduisait tranquillement au volant de sa voiturette sans permis, le candidat du parti « Debout la République » Jean-Philippe Tanguy est passé devant les roues de Pascal Demarthe, engagé sur les listes électorales du Parti Socialiste. Ce dernier a alors décidé de tirer la pleine puissance de sa Renault Zoe, afin de prendre en chasse la voiturette de l’autre candidat.

Plus globalement, le dernier article de RealClimate se préoccupe de la situation en Atlantique Nord, en montrant au passage qu’on peut à la fois être climatologue et apprécier Astérix :

Le monde entier se réchauffe. Le monde entier ? Non ! Une région de l’Atlantique sous-polaire s’est refroidie durant le dernier siècle.

On voit bien la tache froide, mais à quoi correspond-elle ? hé bien probablement à un ralentissement du Gulf Stream.

Vous pensez déjà au Jour d’Après, au raz-de-marée envahissant New York et aux Américains envahissant le Mexique pour ne pas mourir gelés ?

Là encore, Anthropollywood n’est pas Hollywood : les études les plus dramatiques à ce jour, étudiant l’impact d’un arrêt total du Gulf Stream – ou plutôt de la Circulation Thermo-Haline de l’Atlantique Nord – et non un simple ralentissement, considèrent que cela amènera seulement 2 grandes perturbations :

  • une augmentation supplémentaire de 80 cm du niveau des eaux de l’Atlantique Nord, soit des grandes marées de morte eau qui ressembleront à celles qu’on a récemment connues ;
  • l’évanouissement de la pêche à la morue intensive, du fait de la raréfaction de ces poissons.

Les autres effets qu’on aurait pu attendre, comme l’évolution de l’humidité et des températures sur l’Europe et leurs conséquences sur l’agriculture, seraient négligeables… par rapport aux effets engendrés par le « simple » changement climatique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s