BP SWRE 2015 : qui est le Maître du Monde ?

Vous avez dû vous en rendre compte, car toute la presse mainstream en a parlé de la même sotte façon : le Statistical Review of World Energy – SRWE, prononcer sss’roui pour faire chic quand vous voyagez sur Air France – publié par BP vient de sortir.

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, c’est une superbe mine de données historiques sur l’énergie dans le monde. Au début, on n’y trouvait que les données de base : production et consommation en pétrole, gaz naturel et charbon des principaux pays. Désormais, c’est un énorme fichier Excel avec plus de 50 onglets traitant de l’énergie sous toutes ses formes.

Pourquoi les médias ordinaires vous ont-ils informés sottement ? Tout simplement parce qu’ils ont tous commenté le communiqué de presse, au lieu de s’intéresser aux données elles-mêmes et de faire le travail d’investigation qu’on attendrait de leur part. Le communiqué de presse, qui visait à faire parler de lui, a évidemment monté en épingle le fait que les USA sont redevenus les premiers producteurs mondiaux de pétrole grâce à leurs trucs de schiste.

La belle affaire ! Le soufflé retombera bientôt, et les USA redescendront plus vite qu’ils ne sont montés.

Mais si vous allez par exemple à l’onglet 51, moyennant un tout petit peu de retraitement, vous allez pouvoir aussi dessiner quelques beaux spaghettis multicolores comme ci-dessous.

Vous pourrez les interpréter de façon très mainstream : il est plus que temps de se mettre tous d’accord pour réduire les émissions de CO2, surtout les Chinois d’ailleurs, allons donc parler de cela en COP21 sous le crépitement des flashes et les bons mots des hommes politiques – qui osera parler d’un « Waterloo écologique » ou d’un « Trafalgar médiatique » ?

Vous pouvez aussi regarder ces courbes avec un principe simplissime en tête : le potentiel historique d’une nation pourrait se mesurer à ses émissions fossiles, plutôt qu’à sa population ou son PIB. Et là, on s’étonne de ne pas encore être obligés d’apprendre à parler le mandarin. Et quand on voit le poids de l’Europe dans le total des émissions mondiales, on se demande quel peut être le sens d’organiser ces conférences internationales chez nous : c’est un peu comme si on on décidait d’organiser les primaires de l’UMP au sommet du Macchu Picchu pour leur donner plus de hauteur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s