L’une chante, l’autre pas

Sur un marché VP en hausse de 11,3%, le groupe Renault affiche une hausse en deçà avec +de 8,3%, malgré un importante hausse de Renault, mais surtout à cause d’une forte baisse de Dacia

Avez-vous remarqué comme, en période de croissance, les grands groupes automobiles multi-marques sont incapables de faire en sorte que leurs différentes marques aient des performances commerciales équivalentes ? Quand Renault monte, Dacia baisse ; quand Peugeot monte, Citroën baisse ; quand VW baisse, Audi et Skoda montent…

Les journalistes automobiles très affûtés ont toujours l’explication qui va bien : l’une a une gamme jeune et dynamique, l’autre des bagnoles obsolètes au style soviétique. CQFD. Quelques mois plus tard, c’est l’inverse qui se produit, et le plumitif de service de resservir le même argument…

L’explication est pourtant simple : il n’y a pas assez de moteurs pour toutes les marques.

Wait for an engine

Le processus de fabrication d’un moteur, très robotisé, faisant appel à des procédés sidérurgiques lourds et une multitude de pièces techniques longues à usiner, n’a pas la flexibilité d’une ligne d’assemblage. Les capacités de production ne pouvant donc que varier lentement à la hausse, les constructeurs doivent gérer la pénurie quand le marché croît trop vite : ils vont donc privilégier de monter ces précieux moteurs dans les voitures qui font les meilleures marges. Il y a souvent une corrélation avec l’âge de la gamme produit, mais pas toujours.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s