Open Innovation : on peine à innover

Hier a été inauguré TheCamp, « campus européen dédié aux technologies émergentes et aux nouveaux usages » situé près d’Aix-en-Provence.

thecamp

Ce lieu, implanté en pleine garrigue – tel un permanent Burning Man technologique version provençale – est supposé rassembler des énergies et des intelligences qui n’ont pas l’habitude de se croiser pour innover. Plus prosaïquement, son objectif est clairement de siphonner les budgets de recherche des entreprises et des collectivités qui manquent d’inspiration au profit de quelques sybarites déguisés en autant de professeur Tournesol.

C’est un peu une escroquerie, mais reconnaissons-le : qui est le plus à blâmer, celui qui a acheté une parcelle de Lune ou le crâne de Mozart enfant, ou bien celui qui l’a entourloupé ? Car comment peut-on croire que l’innovation peut fuser d’un lieu où il manque l’élément primordial d’une démarche d’innovation efficace, à savoir le client, l’utilisateur ou plus généralement ce qu’on appelle le porteur d’intérêt (stakeholder) ?

Aujourd’hui, les exemples abondent car tout le monde se copie pour éviter de paraître démodé. Ainsi, la SNCF a établi un « Lab » à la Plaine-Saint-Denis, dans un lieu très moderne où Madame ou Monsieur Tout-le-Monde n’a guère de chances de pouvoir venir s’il n’est pas expréssement invité par les résidents du lieu. On arrive ainsi à développer des concepts ineptes comme la poubelle-robot qui vient vous voir si son IA embarquée s’imagine que vous avez un déchet qui vous occupe les mains ou les poches.

870x489_img_6914

Si la SNCF avait mis son Lab en plein milieu d’une gare, avec des voyageurs se frottant en permanence aux Steve Wozniak de l’opérateur ferroviaire, nul doute qu’on aurait vu jaillir des idées plus intéressantes pour le futur de la SNCF, comme par exemple des trains qui ne tombent pas en panne, des panneaux d’information qui vous expliquent les retards autrement que par l’énigmatique « pour cause de régulation de trafic » ou bien encore l’éradication de l’odeur d’urine qui embaume tout coin ou recoin d’une gare urbaine.

C’est à ce prix-là que le combat du transport ferroviaire contre Blablacar et Uber sera gagné.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s